KWEY

by Guy Marin

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Télécharger les 10 titres de l'album dans le format haute qualité de votre choix (MP3, FLAC, et plus), ainsi que l'accès illimité mobile avec «l'App» Bandcamp.
    Purchasable with gift card

      $12 CAD  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Davantage rock et plus «hard» cet album vous invite, par ce «bonjour» à entrer dans l'intimité de l'auteur. Ses chansons dénoncent, invitent à parler, invitent à dire nos peines, nos douleurs mais aussi à espérer. Rien n'est jamais tout noir ou tout blanc. Dans cet album, Guy Marin se confie sans pudeur, il crie sa peine et sa colère, il murmure son amour et son espoir.

    KWEY- Édition CD comprend le téléchargement gratuit de l'album digital. Veuillez allouer 5 jours ouvrables pour que la version physique vous soit postée.
    Pour les commandes hors-Canada, vous devez compter de 2 à 4 semaines pour recevoir votre achat.

    Includes unlimited streaming of KWEY via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days

      $20 CAD or more 

     

1.
Parlez nos pères parlez Dites combien vous nous aimez Comment vous étiez passionnés Avant d’être les prisonniers De l'image qu’on vous a donnée De naissance ou de société Parlez de vos rêves d’hommes Avant qu’ils ne partent, avant qu’ils ne meurent Parfois vous avez l’air de despotes Mais sous la glace du visage Vous craignez la rigueur de l’orage Si l’amour vient et vous emporte Avez l’allure mais pas la force Avec des bras on ne cache pas l’âme Parlez de vos rêves d’hommes Avant qu’ils ne partent, avant qu’ils ne meurent Pleurez nos pères pleurez Laissez l'orgueil et les chimères Laissez la guerre et les conquêtes Soulager vos douleurs d’amour Qui sont si dures à exprimer Impitoyables malgré la bravoure Pleurez sur vos rêves d’hommes Avant que l'orgueil ne les embarrasse Les grandes émotions vous étouffent Quand c’est vos enfants qu’on bafoue Ceux-là qui aiment ceux-là qui souffrent Vous avez le cœur pour aimer Mais n’avez pas les larmes habituées Et malgré vous la gorge se noue Aimez de vos cœurs d’hommes Malgré les regards malgré votre angoisse Parlez nos pères parlez Pleurez nos pères pleurez Aimez nos pères aimez
2.
Perdu désorienté
Mes pas lèvent le brouillard
C'était une drôle de journée
Il est déjà trop tard
 Le cœur au poing
Marchant comme un aveugle
Je descends
Vers le tombeau des rois
Un masque d'or
Dessus ma face absente
Et des fleurs en guise de prunelles
Bourreau taciturne
Tient mes doigts
Lampes gonflées de vin et de sang
 À peine né
Lié par les chevilles
Presse le fil et viennent les pas nus
Les frissons de ma chair trahissent mes mystères Comme le vent qui se prend d'arbre en arbre L'ombre de l'amour me maquille
À petits traits précis Atteint d'une maladie mortelle
Comme la chaleur du feu si beau
La vie m'attire le feu l'appelle
Affaibli de désir et de fièvre une transe à saveur de miel La mort m'attire la vie l'appelle Vers mon destin
Juste et dernier asile Nécropole de la vallée des rois Un masque d'or
Dessus ma face absente
Et des fleurs en guise de prunelles Chaos taciturne
Et ce froid qui vient me glacer les os et le sang Le cœur au poing Le cœur au poing Le cœur au poing
3.
L'étranger 02:59
Je suis d’origine «CREE» et j’aime chasser Eenou nii geih nimeeyayten ndoohooyaan Nous habitons au «Nord du Nord» des peuples Nooch-ahmee eenouch neeyun Et nous aimons la liberté en profitant de nos terres Gieh nsuch-dahnun im-ahp-kineh-wehwin-naan Gieh nimee-yaay-the-naan in-cheem-naan Mais les blancs coupent tous nos arbres Mook mm-steogah-sheyou eenooch maach-wehouch nim-stoogim-naanch Je serai toujours fier d’être «In-di-ien» Geih nim-stah meyaayten eenou eh dah yaan Il est arrivé du Nord du Nord Du fin fond de l'Abitibi En faisant du pouce jusqu'ici Pour se distraire S'était pris de l'eau de vie Le bonheur comme le malheur fait boire L'étrange étranger qui dit Kwey À l'étranger Salue les passants poliment Offre un sourire à tous vents Les cheveux noirs la peau cuivrée En cherchant une hospitalité Dans le pays que ses ancêtres ont habité L'étrange étranger qui dit Kwey À l'étranger Cessez donc de rire à mon passage Sachez que mon nom n'est pas sauvage Je suis fier de mon peuple et fier de ma race L'Étrange étranger qui crie Kwey! L'Étrange étranger qui crie Kwey! À l'étranger À l'étranger
4.
Prédateur 02:54
Des arbres de fer aux fruits lumineux
 Traversent cette jungle de géants aux mille yeux Attention! 
Aux prédateurs nocturnes
 L’homme est en chasse se déplace comme un loup Entre dans les bars regarde partout À l’affût d’une proie il cherche cherche Chasseur et gibier Chasseur ou gibier À travers ces forêts de monstres de béton Erre un rapace carnivore dangereux Traquant les victimes de la pleine lune Son gibier est de la même race 
Fragile mais fière elle ne se cache Que pour mieux se défendre des coups Chasseur et gibier Chasseur ou gibier De faibles lumières d’étoiles de néon
 Éclairent par saccades cet endroit mystérieux Une lutte s’engage comme on joue avec le feu Le chasseur est terrassé par son propre gibier Propre gibier... La femme pour compte l’a laissé Indifférente à sa douleur Attention au prédateur nocturne Attention au prédateur nocturne ATTENTION !

5.
Ben seul 03:00
Seul
Chanter tout seul 
Seul avec ma guitare 
À broyer du noir 
Animal solitaire 
Avec ma colère 
Seul 
Devant le danger 
Les autres sont partis 
Aucun bruit sans abris 
Sans personne isolé 
Seul 
Parler tout seul 
M'adressant à la foule 
Bruyante elle me dérange sans vraiment m'écouter La solitude se vit en millions d'exemplaires moins on en parle 
Et plus on se terre 
Les habitudes étirent les silences les malaises Bien emmurées de Si et de Peut-être Loin Tellement trop loin 
Seul avec un secret qui dérégla ma vie comme tombe un décret 
Qui vous anéantit 
Loin je n’ai plus de repères 
Et je suis blessé 
Devenu comme une bête 
Acculée prise au piège
 Menacée 
Dangereuse 
Des solitudes protègent
 Envouteurs et vipères 
Voleurs d'enfances
 Criminels vulgaires 
Des souvenirs lugubres 
Des images de sorcières 
Sont dégoûtantes souffrantes de colère Loin contre l'indécence
 Contre le silence des victimes immolées Toutes ces longues nuits blanches dérobées dans son lit S'est fait briser les ailes avant de partir 
Mais l'indifférence ne suffira plus Seul Seul Seul
6.
Femmes 04:09
Comme voyagé par un voilier D’oiseaux blancs d’hiver Simple passager de son navire Bercé de mystère Jusqu’au faîte d’un nid Accueillant et rempli d’irréelles délices Femme de luxe aux pensées terre à terre Au regard de biche, mais le cœur de fer Habituée aux délices et sachant quoi faire Les flammes du cœur enfouies sous les décombres Des mondes fermés De petits univers Comme voyagé par un voilier D’oiseaux blancs d’hiver Simple passager de son navire Bercé de mystère Jusqu’au faîte d’un nid Accueillant et rempli d’irréelles délices Femme fabriquée aux dires des autres Tu caches tes couleurs à qui sera la faute La chaleur de son sein elle attend mais personne Le rouge du vin est celui de ses yeux Ses murmures prennent trop d’espace Comme voyagé par un voilier D’oiseaux blancs d’hiver Simple passager de son navire Bercé de mystère Jusqu’au faîte d’un nid Accueillant et rempli d’irréels délices Femme de mon cœur tu étais juste là Belle comme une fleur que je n'attendais pas Moi qui frappais le vent sans jamais le blesser Tous ces moulins géants m'avaient presque épuisé Je ne t'espérais plus Douce destinée
7.
Quand on a le cœur à fleur de peau
Les émotions ne cherchent pas leur chemin Elles sont là à portée des mains
Le sourire vient plus facilement
Les larmes aussi évidemment Quand on a le cœur à fleur de peau L’amour est plus proche à chaque fois La peine plus sensible quelques fois On cache sa peine par la colère Le cœur fragile comme du verre Quand on trouve le cœur de l’autre beau On laisse tomber les boucliers
Pour encore mieux le regarder Et l’on oublie de sʼprotéger Y a du danger pour s’écorcher Quand on a le cœur à fleur de peau On cherche à dire à faire lʼharmonie
On se retrouve à fleur de mots
Qui font germer des mélodies Faisant fleurir une poésie À fleur de mots À fleur de peau
8.
Elle a juste dix ans
 Frêle encore pourtant 
Si pressée de grandir D’endosser l’armure Que portent les grands
 Pour se battre moins souffrir Elle cache un chagrin 
Depuis un bon moment t
Quand son père est parti Le feu s’est éteint Entre lui et sa maman Oh Cendrillon Sophie Elle ne croît plus au prince charmant
 Cendrillon Sophie
 C’est devenu un conte de grands Cauchemar de petits Son papa pourtant L’aime encore autant Comme à ses premiers jours Quand il la veillait La nuit et le jour Chassait les farfadets Ne se doute pas
 Qu’à ses premiers pas Derrière papa veillait Elle lui en veut trop
 D’être parti si tôt
 Ne veut même plus le voir Elle ne croît plus au prince charmant Cendrillon Sophie C’est devenu un conte de grands Cauchemar de petits A plus de trente ans Ses fantômes d’enfants Sont restés jusqu’à ce jour Son papa pourtant Il espère tellement Pouvoir la revoir un jour Elle ne croît plus au prince charmant Cendrillon Sophie C’est devenu un conte de grands Cauchemar de petits
9.
Polyblues 05:09
Quand la cloche vient de sonner Et qu’la tempête descend dans l’escalier Quand la cloche vient de sonner
 Pense vite Marin faut dégager J’entends des bruits comme une rumeur Y a l’grand Landry qui m’lâche un cri Hey Guy !
 Fais-moé un blues ! Fais-moé un blues ! Un blues pour que j’oublie le prof qui est écœuré Parce que ça fait trente ans qu'il voit les mêmes murs Un blues pour que j’oublie ma blonde qui m’a lâché Pour un drôle d'échevelé qui n’a même pas d’allure Hey Guy !
 Fais-moé un blues ! Fais-moé un blues ! Un blues pour le pusher qui attend que je crack
 Parce que ça fait dix ans qui veut me mettre sur la track Pour la gang de rockers qui veulent me faire la peau Vu qu’ils n'ont rien d’autre à faire Y en veulent à mes idéaux Hey Guy ! Fais-moé un blues ! Fais-moé un blues ! Une toune qui dit les légendes Des histoires de polyvalentes
 Raconte parce que j’m’ennuie
 De manger tout seul le midi Hey Guy !
 Fais-moé un blues ! Fais-moé un blues ! Y en a qui sont masqués Font voir d’autres visages
Ils cachent la vraie mesure
 Aux yeux pas habitués J’travaille pour mes diplômes et pour mes relations
 Paraît qu'il faut les deux pour une position Hey Guy !
 Fais-moé un blues ! Fais-moé un blues ! Quand la cloche vient de sonner
 Et que la tempête descend dans l’escalier Quand la cloche vient de sonner
 Pense vite Marin faut dégager Hey Guy ! Fais-moé un blues ! Fais-moé un blues !

10.
À chacun son métier À chacun ses misères Ses joies ses peines Et le salaire Toi tu t’amuses à faire le tien À longueur de journée Bâtissant de tes mains Des buildings des maisons assemblées Tu fais de ton mieux pour être à l’aise Tu fais de ton mieux pour vivre heureux Tu fais de ton mieux pour être à l’aise Et vivre heureux À chacun ses amours À chacun son calvaire Ses joies ses peines et sans salaire Elle s’est enfuie avec le sien pendant de longues années Comme la fée et cet Arlequin En voulant se le garder Tu fais de ton mieux pour être à l’aise Tu fais de ton mieux pour vivre heureux Tu fais de ton mieux pour être à l’aise Et vivre heureux Chacun sa liberté À chacun ses barrières L’argent les femmes ou bien la bière Toi le clochard le robineux Après tant d’heures écoulées Sans horloge tu déchires Le temps comme du papier Tu entres en toi-même Plus rien pour t'enivrer T’as d’autres problèmes À chacun son pays À chacun sa bannière Ses joies ses peines et ses manières Tu fais de ton mieux pour être à l’aise Tu fais de ton mieux pour vivre heureux Tu fais de ton mieux pour être à l’aise Et vivre heureux

about

KWEY : Kwey est une expression de salutation autochtone. Davantage rock et plus «hard» cet album vous invite, par ce «bonjour» à entrer dans l'intimité de l'auteur. Ses chansons dénoncent, invitent à parler, invitent à dire nos peines, nos douleurs mais aussi à espérer. Rien n'est jamais tout noir ou tout blanc. Dans cet album, Guy Marin se confie sans pudeur, il crie sa peine et sa colère, il murmure son amour et son espoir.

credits

released March 16, 2014

Voix, arrangements, guitare électrique, guitare acoustique, harmonica:
Guy Marin
Batterie: Simon Lachance
Basse: Martin Plante
Piano : Élise Bouchard
Direction technique : Simon Guénard

license

all rights reserved

tags

about

Guy Marin Montreal, Québec

contact / help

Contact Guy Marin

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Guy Marin, you may also like: